Les renouées asiatiques

Les renouées asiatiques sont des plantes herbacées pérennes atteignant jusqu’à 3 m de hauteur et qui comportent un important réseau de rhizomes souterrains par lequel s’effectue une intense multiplication végétative.

Il est existe 3 types :

  • du Japon (Reynoutria Japonica),
  • de Sakhaline (R. Sakhalinensis)
  • et leurs hybrides (R. Bohemica).

Reynoutria japonica 3-6-07 007Reynoutria Japonica

Les feuilles de R. Japonica, ovales acuminées, tronquées à la base, à nervation pennée et limbe entier, peuvent atteindre jusqu’à 18 cm de longueur pour 8 cm de largeur, ce qui lui procure un fort pouvoir photosynthétique. Son inflorescence de type épi de cyme triflore est à port dressé. Elle fut introduite aux Pays-Bas en 1849 comme plante ornementale, fourragère et stabilisatrice des sols, puis fut répandue à travers l’Europe, notamment en Allemagne où elle fut utilisée pour la production de granulés de chauffage. C’est en 1939 qu’elle apparait en France sous forme de clone femelle octoploïde, capable de se disséminer uniquement par multiplication végétative.

Reynoutria sachalinensis Laxou (3)Reynoutria Sakhalinensis

La Renouée de Sakhaline présente les mêmes caractéristiques de reproduction que la Renouée de Japon mais certaines populations peuvent être à reproduction sexuée. Ses feuilles sagittées, à base cordée, à nervation pennée et limbe entier, peuvent atteindre jusqu’à 30 cm de longueur pour 14 cm de largeur. Son inflorescence de type épi de cyme triflore est à port dressé puis retombant à la fructification.

La Renouée de Bohème

Hybride de la Renouée du Japon et de la Renouée de Sakhaline, la Renouée de Bohème présente également un mode de reproduction sexuée. Elle produit donc des graines, ce qui rend sa propagation encore plus efficace.

SIG-LaxouLa Renouée du Japon est particulièrement présente en Lorraine, dans le département de la Meurthe et Moselle et à Laxou. Elle est présente sur différents sites plus ou moins atteints.

 

Retour